Perspectives

Canadiennes et Canadiens voués à la défense des droits de la personne

Par Pauline Théoret
Le 4 octobre 2012

Dans son article de février 2012 intitulé « Les droits de la personne — L’affaire de qui déjà? Les droits de la personne — L’affaire de qui déjà? », le secrétaire général de la FCE, Calvin Fraser, fait observer qu’il existe au sein de la société une tendance au rejet, voire un mouvement de ressac à l’égard des droits de la personne lorsque les temps sont durs.

Il ajoute que certaines personnes commencent à croire que les avantages sociaux se « gagnent » d’un point de vue financier plutôt qu’humaniste. Il dit vrai. Nous lisons et entendons des histoires, et en vivons certaines, qui confirment ce sentiment régulièrement. Pensez à la réaction brutale des républicains à la loi américaine sur l’assurance maladie abordable, ainsi qu’à la loi de l’Ontario visant à geler les salaires et à réduire à néant la négociation collective avec les enseignantes et enseignants. Ces réactions semblent aller à l’encontre de la Déclaration universelle des droits de l’homme et de la Charte canadienne des droits et libertés. Pensez aussi au financement de l’éducation des élèves des Premières Nations, métis et inuits — ces élèves ne sont-ils pas des enfants et des citoyennes et citoyens canadiens? Le déficit du Canada devrait-il continuer de permettre un financement inéquitable de l’éducation?

Défavoriser une personne par rapport à une autre est un acte flagrant de discrimination.
- Paul Martin

En juillet dernier, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) a invité l’honorable Paul Martin à s’entretenir avec le personnel enseignant à l’occasion de son assemblée générale annuelle. Depuis qu’il a quitté la vie politique, M. Martin s’emploie à réparer les torts en matière de financement de l’éducation pour les élèves autochtones. En dialoguant avec les déléguées et délégués d’un océan à l’autre, M. Martin a cherché à tirer profit de leurs vastes connaissances et expériences. Il n’a pas eu besoin de nous choquer avec des statistiques ni de nous aider à développer une sympathie pour cette cause — les enseignantes et enseignants sont déjà rendus là. Cependant, ses histoires et sa passion ont rempli la salle et, ce jour-là, toutes les personnes déléguées ont eu l’impression de partager quelque chose : elles se sont rendu compte que la passion, les connaissances et l’expérience du personnel enseignant, accompagnées des vastes réseaux et de l’engagement de M. Martin, pouvaient devenir une force motrice capable de faire avancer la prise de décisions stratégiques et la législation en faveur d’un financement équitable de l’éducation pour tous les enfants canadiens.

Le sous-financement des écoles élémentaires et secondaires des Premières Nations est une continuation de l’acte d’assimilation.
- Paul Martin

Les enseignantes et enseignants en classe qui font partie du système d’éducation publique comprennent qu’un enfant qui vient à l’école pour poursuivre son éducation parce que cette éducation n’est pas offerte dans sa réserve est grandement désavantagé sur le plan réparateur, social et culturel. Les enseignantes et enseignants comprennent également que ce désavantage peut l’emporter sur la capacité de l’élève à terminer ses études. Ils comprennent particulièrement bien que si les enfants n’ont pas accès aux premières années d’études qui permettent l’acquisition de compétences solides en lecture et en écriture, ils seront toujours désavantagés. M. Martin affirme ouvertement qu’il s’agit là d’actes de discrimination commis par notre gouvernement fédéral soi-disant en raison des déficits, et qu’à moins de s’y attaquer immédiatement, le segment de la population canadienne qui connait la croissance la plus rapide continuera d’être désavantagé sur le plan éducatif, ce qui créera un déficit énorme dans l’avenir. Où est la justice dans tout ça — pour toute citoyenne ou tout citoyen du Canada?

Le mantra de la colonisation était le suivant : nous sommes la puissance coloniale et parce que nous avons des armées plus puissantes et des armes à feu, tout ce que nous croyons est vrai et tout ce que vous croyez est faux.
- Paul Martin

M. Martin a parlé du projet de la FCE « Canadiennes et Canadiens voués à la défense des droits de la personne » comme étant peut-être le meilleur moyen de s’attaquer au problème de la discrimination en matière de financement de l’éducation dans notre pays. Nous espérons bien sûr qu’il voit juste. Le projet « Canadiennes et Canadiens voués à la défense des droits de la personne » est un projet pluriannuel auquel sont associés de nombreux partenaires et qui a pour but de rétablir les droits de la personne au Canada en permettant aux jeunes d’identifier des défenseures et défenseurs canadiens des droits de la personne — d’hier et d’aujourd’hui — qui ont œuvré tant à l’échelle locale et nationale que sur le plan culturel.

Grâce à ce programme, nous espérons que les jeunes d’aujourd’hui s’identifieront comme défenseurs et défenseures des droits de la personne et que leurs yeux, leurs oreilles et leur esprit seront attentifs aux injustices quotidiennes commises dans leur propre communauté. Nous espérons aussi que ce que les jeunes vivront sur le plan de la pensée critique, de l’engagement et de la citoyenneté responsable les amènera à comprendre que la discrimination, sous toutes ses formes — allant des questions d’itinérance et de pauvreté aux problèmes d’intimidation, de sécurité, de santé mentale et d’inclusion — n’est d’aucune façon acceptable.

Notre monde serait complètement paralysé sans vous [enseignantes et enseignants]. Merci pour tout ce que vous faites.
- Paul Martin

M. Martin nous recommande de ne pas sous estimer l’influence des membres du personnel enseignant sur ces questions très importantes. Il nous rappelle à nous, citoyennes et citoyens canadiens se consacrant à la transmission du savoir d’une génération à l’autre, que la population canadienne voue un grand respect au personnel enseignant. Ce respect est bien mérité.

Si vous avez des histoires, des ressources ou des programmes qui, à votre avis, épousent la question des droits de la personne au Canada dans l’esprit du projet « Canadiennes et Canadiens voués à la défense des droits de la personne », n’hésitez pas à nous en faire part. Envoyez-nous un lien ou une pièce jointe à l’adresse suivante : ptheo@ctf-fce.ca

Pour entendre la discussion de l’honorable Paul Martin avec les enseignantes et enseignants à l’occasion de l’AGA de la FCE, en juillet 2012, cliquez sur les liens suivants :

Pour lire l’article intégral de Calvin Fraser, Ph. D., cliquez ici.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’Initiative d’éducation autochtone Martin.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet « Canadiennes et Canadiens voués à la défense des droits de la personne ».

Pauline Théoret est agente du Programme de coopération internationale et de justice sociale de la FCE. Elle est actuellement en congé.

Publication
Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants
2490, promenade Don Reid
Ottawa (Ontario)  K1H 1E1
Tél. : 613-232-1505
Fax : 613-232-1886
Ligne sans frais : 1-866-283-1505

Le magazine Web Perspectives est publié par la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE), une alliance nationale d’organisations provinciales et territoriales qui représentent plus de 238 000 enseignantes et enseignants des écoles élémentaires et secondaires au Canada.

Rédactrice en chef : Francine Filion | Traduction et révision : Marie‑Caroline Uhel et Marie‑Hélène Larrue
Correction d’épreuves : Denise Léger
Conception graphique : Nathalie Hardy et Jean-Louis Lauriol | Conception web : Greg Edwards

Reproduction
Toute demande de reproduction totale ou partielle de cette publication à des fins pédagogiques, professionnelles ou commerciales doit être adressée à info@ctf-fce.ca. Les articles et les publicités ne reflètent pas nécessairement les opinions de la FCE.

Commentaires : info@ctf-fce.ca