Perspectives

La participation comme fondement de l’autonomisation des enseignantes et des enseignants

Par Agnès Bikoko et Paul Ombiono
Le 23 mars 2018
Untitled Document

La liberté consiste à agir selon sa volonté et sans contrainte. Cela ne veut nullement dire que chacun en fera à sa guise, c’est-à-dire en dehors de toute loi. Jean-Jacques Rousseau établit bien cette nuance dans son ouvrage intitulé Du contrat social. En effet, Rousseau se propose de construire une société démocratique où les citoyens pourront exercer leurs libertés. C’est ainsi qu’il construit un contrat social où chacun devra se défaire de ses égoïsmes pour se retrouver avec tous les autres dans le cadre de ce qu’il nomme « Volonté Générale ».

Une trilogie se bâtit autour de cette dernière, à savoir l’État, la loi et le peuple. L’État représente l’exécutif; la loi, le principe d’autorité; et le peuple, la source du principe d’autorité. Cela veut dire que c’est le peuple lui-même qui est le législateur autant qu’il vote les lois auxquelles il se soumet. Et, dès lors qu’on ne se soumet qu’aux lois qu’on s’est soi-même données, on reste tout à fait libre : « L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté », conclut-il.

Reprenant à son compte cette pensée de Rousseau, Emmanuel Kant dans ses ouvrages Fondements de la métaphysique des mœurs et Critique de la raison pratique établit une distinction entre l’hétéronomie de la loi qui est une loi qui tire son fondement de l’extérieur et l’autonomie de la loi qui est celle qui émane de soi-même. Bien évidemment, il accorde la préférence à la loi autonome. Pour lui, la loi morale à laquelle l’homme doit se soumettre sous la forme d’un devoir, d’un « impératif catégorique », est un fruit de la bonne volonté qui est, elle, une émanation de la raison pratique et donc de soi-même. Il suffit, avant toute action, de se poser la question de savoir ce qu’il adviendrait de l’humanité si tout homme agissait comme moi.

Cette brève convocation de Jean-Jacques Rousseau et d’Emmanuel Kant nous démontre, s’il en était encore besoin, qu’enseigner en liberté et autonomiser les enseignants ne veut pas dire que chacun fera ce qu’il voudra, mais qu’il se soumettra à une loi dont il a participé à l’élaboration.

C’est le lieu de faire remarquer que le thème recommande non pas d’autonomiser l’enseignant, mais d’autonomiser les enseignants. Il s’agit de se soumettre à une loi arbitraire qu’on aurait établie non pas en solitaire mais avec les autres enseignants. En clair, enseigner en liberté et autonomiser les enseignants signifient les faire participer à l’élaboration de la loi, à la prise des décisions.

Enseigner en liberté et autonomiser les enseignants, c’est leur permettre de participer au choix des approches pédagogiques.

Enseigner en liberté et autonomiser les enseignants, c’est leur permettre de participer au choix du livre dès l’amont.

Enseigner en liberté et autonomiser les enseignants, c’est leur permettre de participer à toutes les décisions qui engagent leur corps de métier et l’école.

Ne pouvant plus retourner à l’Antiquité grecque où tout le monde participait à la prise de décisions, je ne peux faire appel qu’à la notion de représentativité. Celle-ci doit prendre en compte moins la quantité que la qualité.

La représentativité qualitative est celle qui privilégie le choix des enseignantes et enseignants parmi ceux qui ont l’étoffe nécessaire et, surtout, une vision avérée du type d’école et d’enseignement qu’il faut promouvoir pour notre pays : une école humaniste et non technocratique.

Naturellement, cette liberté et cette autonomie ne sont possibles que si les enseignantes et enseignants jouissent des moyens de cette politique, si leurs conditions de travail et de vie leur permettent de bien exercer leur noble métier.

En guise de vade mecum, c’est-à-dire ce que l’on emporte avec soi, ce qu’il faut en retenir, je dirais que le présent travail part d’un constat : l’enseignante ou enseignant, malgré l’impression qu’il donne, exerce son métier de façon hétéronome. Il s’installe ensuite sur un débat : comment et pourquoi l’enseignante ou enseignant doit travailler en toute liberté et en toute autonomie. Il ouvre enfin sur des perspectives : les enseignantes et enseignants doivent, autant que possible, participer à la prise de décision en ce qui concerne l’école et, le cas échéant, y être représentés par ceux qui en ont l’étoffe à travers une vision qui intègre tant le bilinguisme que le multiculturalisme, socles de notre unité nationale, sans laquelle l’émergence ne serait qu’une hypostase.

Le présent article est reproduit tel qu’il nous a été fourni.



Source : Médiaterre

www.csfef.org/dossiers/la-participation-comme-fondement-de-lautonomisation-des-enseignants


Agnès Bikoko et Paul Ombiono représentent la Fédération camerounaise des syndicats de l’éducation (FECASE).

Publication
Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants
2490, promenade Don Reid
Ottawa (Ontario)  K1H 1E1
Tél. : 613-232-1505
Fax : 613-232-1886
Ligne sans frais : 1-866-283-1505

Le magazine Web Perspectives est publié par la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE), une alliance nationale d’organisations provinciales et territoriales qui représentent plus de 238 000 enseignantes et enseignants des écoles élémentaires et secondaires au Canada.

Rédactrice en chef : Francine Filion | Traduction et révision : Marie‑Caroline Uhel et Marie‑Hélène Larrue
Correction d’épreuves : Denise Léger
Conception graphique : Nathalie Hardy et Jean-Louis Lauriol | Conception web : Greg Edwards

Reproduction
Toute demande de reproduction totale ou partielle de cette publication à des fins pédagogiques, professionnelles ou commerciales doit être adressée à info@ctf-fce.ca. Les articles et les publicités ne reflètent pas nécessairement les opinions de la FCE.

Commentaires : info@ctf-fce.ca